100✖️ plus que les bombardements atomiques d'#Hiroshima et de #Nagasaki combinés. C'est la quantité de radioactivité que le générateur de #Tchernobyl a relâché dans l'environnement après s'être effondré, #EnCeJour, en 1986. Son nuage radioactif a parcouru des centaines de kilomètres et des millions de personnes ont été exposées non seulement aux radiations, mais aussi à des informations erronées sur l'accident et ses effets dévastateurs. 35 ans plus tard, nous subissons encore les conséquences désastreuses des radiations et de la désinformation. Nous assistons encore à des formes d'effondrements écologiques qui touchent directement la vie humaine. Que cela ne soit pas vain. . . . . . . . . #CourrierDelUNESCO #UNESCO #Nucléaire #Radiations #Radioactivité #Hiroshima #Nagasaki #Tchernobyl #Environnement
Le cheval de Przewalski, symbole de la nouvelle vie à Tchernobyl Dans la région de Tchernobyl, villes, champs et forêts ont été abandonnés. Mais des animaux sauvages prolifèrent, notamment des espèces rares comme les chevaux de Przewalski, 35 ans après la #catastrophenucleaire. Théâtre d'un terrible #accidentnucleaire à l'époque soviétique dont on marquera les 35 ans lundi, la région entourant la centrale a été évacuée. Villes, champs et forêts ont été abandonnés. Au total, plus de 2.200 km2 dans le nord de l'#Ukraine et 2.600 km2 dans le sud du #Belarus sont de facto des régions impropres à la vie humaine. Avec le temps, la nature a donc reconquis le terrain: les routes se rétrécissent, dévorées par les herbes folles, des maisons disparaissent dans les zones boisées. Dans la ville de #Pripiat, voisine de la centrale, les arbres poussent sur et au travers des immeubles de béton gris, décorés de glorieuses fresques et emblèmes soviétiques décrépits. Surtout, des #animauxsauvages prolifèrent, notamment des espèces rares, comme si la #radioactivité était moins dangereuse pour leur survie que la présence des humains. On y récence #lynx, élans, pygargues à queue blanche, parfois même des #ours... Mais #chevaldeprzewalski est incontestablement le plus exotique. Dernier cheval sauvage au monde, cet animal, plus petit que ses congénères domestiqués mais fort et résilient, doit son nom à l'explorateur russe Nikolaï Przewalski qui l'avait découvert dans le désert mongol de Gobi en 1879. Victime de la chasse et de la réduction de son territoire, il avait complètement disparu de son habitat naturel en Asie au milieu du XXe siècle. Mais des efforts des scientifiques ont permis de restaurer l'espèce à partir d'une douzaine de bêtes qui vivaient dans des zoos et leur population globale compte aujourd'hui quelque 2.700 animaux. En 1998, une trentaine d'individus ont été relâchés à #Tchernobyl dans le cadre d'une expérience scientifique visant à réintroduire dans cette zone une espèce de #cheval similaire à celle autochtone mais désormais éteinte.📸AFPTV #chevalpassion #archedenoé #chevaldemavie #archedenoe #sanctuaire #sanctuaireanimalier #chernobyl #wildhorse