Celle qu’on appelait la « génération Z », avant la crise, restera-t-elle alors comme la génération sacrifiée ? Pas si sûr. S’il est prématuré d’envisager les effets de la pandémie sur la vie des plus jeunes, il apparaît déjà que, malgré les contraintes imposées par la vie sous pandémie, ces derniers font preuve d’une réelle résilience. Partout, ils ont été à l’origine d’initiatives visant à apporter des réponses à la crise, faire face à l’urgence, lutter contre la désinformation ou encore organiser la solidarité. Marqueurs incontestables de cette génération hyperconnectée, les réseaux sociaux et Internet ont permis pendant cette épreuve à ces « enfants du numérique » de créer du lien, de faire entendre leur voix et de servir de caisse de résonance à leurs colères, leurs frustrations, mais aussi à leur créativité et leurs engagements, notamment la défense de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique, qui arrivent en tête de leurs préoccupations, avec la lutte contre les discriminations raciales et sexistes. Il est certes trop tôt pour faire la part entre les changements induits par la crise et les tendances déjà à l’œuvre, mais en revendiquant un monde plus juste et plus respectueux de l’environnement, les jeunes d’aujourd’hui ont depuis longtemps déjà un pied dans le « monde d’après ». Accédez au dernier numéro de l'@unescocourier via le lien dans leur bio👆 . . . . . Photo : Illustration © Agnieszka Ziemiszewska pour le Courrier de l'UNESCO . . . . #UNESCO #CourrierDelUNESCO #Jeunes #Jeunesse #Covid19
100✖️ plus que les bombardements atomiques d'#Hiroshima et de #Nagasaki combinés. C'est la quantité de radioactivité que le générateur de #Tchernobyl a relâché dans l'environnement après s'être effondré, #EnCeJour, en 1986. Son nuage radioactif a parcouru des centaines de kilomètres et des millions de personnes ont été exposées non seulement aux radiations, mais aussi à des informations erronées sur l'accident et ses effets dévastateurs. 35 ans plus tard, nous subissons encore les conséquences désastreuses des radiations et de la désinformation. Nous assistons encore à des formes d'effondrements écologiques qui touchent directement la vie humaine. Que cela ne soit pas vain. . . . . . . . . #CourrierDelUNESCO #UNESCO #Nucléaire #Radiations #Radioactivité #Hiroshima #Nagasaki #Tchernobyl #Environnement
Montée en flèche du chômage, études à distance dans des conditions parfois difficiles, sentiment d’isolement, retour aux tâches domestiques pour les jeunes filles issues de milieux défavorisés : dans un pays où près d'un habitant sur deux a moins de 25 ans, les jeunes paient la crise sanitaire au prix fort. L’année 2020 avait pourtant bien commencé pour Gaurav : en février, il avait été embauché comme vendeur dans un magasin de sport du quartier de Pul Bangash, dans le Vieux Delhi. Pour ce jeune boxeur amateur qui n’a pas terminé son cursus secondaire, cet emploi constituait un premier pas dans la vie active. Mais l’épidémie de coronavirus a mis un terme brutal à cette première expérience. « Les transports en commun sont devenus moins fréquents, puis se sont complètement interrompus, raconte le jeune homme de 20 ans. Comme je ne pouvais pas me permettre de payer un taxi tous les jours pour aller travailler, j’ai dû démissionner. » Il n’aurait de toute façon pas pu conserver son emploi en raison du confinement strict imposé dès le 25 mars, qui a paralysé l’économie indienne pendant plus de six mois. Et brisé les rêves d’émancipation d’une partie de la jeunesse. L’Inde compte l’une des populations les plus jeunes au monde : près d’un Indien sur deux a moins de 25 ans, ce qui représente plus de 600 millions de personnes. Et comme Gaurav, beaucoup éprouvent aujourd’hui des difficultés à entrer sur le marché du travail. Selon les projections réalisées à partir du dernier recensement de 2011, 11,5 % de la population indienne aurait entre 18 et 23 ans, soit 157,7 millions de personnes. Cette main-d’œuvre peu expérimentée est la plus menacée en cas de ralentissement économique. . . . . 📷 Photo : © Sébastien Farcis 👉 Dans le centre de l’association Life Project For Youth de New Delhi, Shabri (assise avec un masque) termine sa formation après plus de neuf mois d’interruption due au confinement. . . . . #Jeunes #Jeunesse #Inde #UNESCO #COVID19 #CourrierDelUNESCO
L'histoire du jazz s’inscrit dans la quête pour la dignité humaine, pour la démocratie et les droits civiques. Le travail du photographe Jürgen Schadeberg en est une véritable documentation. A l’occasion de la #JourneeDuJazz, le 30 avril prochain, découvrez le portrait intime qu'il dresse d'une génération révolutionnaire de musiciens dans un pays vivant sous le régime de l'apartheid. . . . . 📸 : Jürgen Schadeberg . . . . #UNESCO #CourrierDelUNESCO #Jazz #JournéeDuJazz #InternationalJazzDay #JürgenSchadeberg #Schadeberg #Photographie #Musique #AfriqueDuSud #Apartheid #NonAuRacisme
Le jazz est un outil puissant pour construire des sociétés inclusives et l'œuvre du musicien Duke Ellington, né #EnCeJour en 1899, ne fait pas exception à la règle. À travers son travail, il a influencé des musiciens du monde entier et a effacé les frontières qui les séparaient. À la veille de la #JournéeDuJazz, (re)découvrez l'influence de Duke Ellington, qui aujourd’hui encore est une source d'inspiration. . . . 📸 : Louis Panassié . . . . #UNESCO #CourrierDelUNESCO #Jazz #Musique #Culture #DukeEllington